Resident Evil : The Outcast Chronicles

1998 : Destruction de Raccoon City. 2001 : Affaire Rockfort Island. 2003 : Chute d'Umbrella et avortement du projet T.A.L.O.S. 2009 : Echec du projet Uroboros et mort supposée d'Albert Wesker. 2010? L'histoire reste à écrire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Liam Walker

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Liam Walker   Sam 25 Sep - 21:56

Nom : Walker

Prénom : Liam

Age : 32 [7 juillet 1980]

Lieu de naissance
: Dublin (Irlande)

Faction rejointe : Civile

Poste désiré : [Écrivain] Futur mercenaire ou membre de la BSAA (si il se calme)

Description physique : Bel homme. C'est un fait incontestable qui lui vaut beaucoup de succès auprès des femmes. Ses cheveux bruns toujours en bataille, son petit air nonchalant et négligé, son regard profond qui semble tout deviner, charment dès la première rencontre. En général c'est avec son sourire qu'il achève de séduire. Assez grand, dans les 1m75, ses vêtements sont toujours très simples, une T-shirt, un jean, une veste ou un gilet. Sa démarche est détendue elle aussi, il dégage beaucoup de douceur et gagne rapidement la confiance de quiconque. Portant toujours une barbe de deux ou trois jours, Liam semble être quelqu'un de très calme. Lorsqu'il travaille, l'écrivain porte des lunettes à bordure bleue, lui donnant un air un peu plus sérieux. Sa voix grave est apaisante. Dormant très peu, il arrive que de profondes cernes marquent ses traits.

Description morale : Liam était un homme très doux, d'un calme olympien, d'une patience à toute épreuve et possédant une grande imagination. Il manifestait pour ses proches une attention permanente, veillait à leur bonheur, leur venait en aide dès que l'un d'eux rencontrait des difficultés. Il n'abandonnait jamais, parfois très têtu. Lorsque Liam fait quelque chose, il le fait à fond, jusqu'au bout. Mais après l'accident, ce n'est plus le même homme. Vu de l'extérieur, rien n'a changé. Mais son esprit est torturé par des terribles images qui le rendent à moitié fou de douleur. Il ne se contrôle plus lorsqu'une crise prend possession de son être, il est capable de brûler un de ses livres en cours d'écriture, de détruire son appartement ou pire, de tuer. Cela lui est déjà arrivé. Plusieurs fois même. Les corps avaient été atrocement mutilés. Une fois la crise terminée, il pleure à chaudes larmes, les épaules secoués par ses sanglots. Il suffit d'un petit rien pour déclencher une crise. Liam est quelqu'un de particulièrement instable.

Formation : Liam a suivi des cours dans l'University College Cork dans la faculté « Arts, Celtic Studies and Social Sciences ». Il n'a pas continué ses études ensuite, se lançant dans une brillante carrière d'écrivain.

Biographie :

« Ciaran, ne fais pas ça ! Je t'en supplie ! Reviens avec moi !
- Non. Je n'en peux plus Liam.
- Mais de quoi ? Dis moi de quoi ! Je veux t'aider. Reviens. Rentrons à la maison.
- Non. Je ne veux pas rentrer. J'en ai assez.
- Mais qu'est-ce que j'ai fait mon ange ? Dis le moi !
- Rien. Tu n'as rien fait. Je t'aime. Je t'aime plus que tout. Mais je ne supporte plus tout ça. Cet air. Ces gens. Cette vie. Ce monde.
- On peut partir si tu veux ! Quitter l'Irlande. Aller, je ne sais pas, en France, en Italie. Tu as toujours voulu visiter l'Italie.
- Je ne veux plus.
- Qu'est-ce que je peux faire ? Explique moi.
- Tu ne peux rien faire mon chéri. Ce n'est pas de ta faute, d'accord ?
- Mais si, si. Je ne veux pas te perdre. Ne fais pas ça.
- Ne pleures pas, je t'en prie.
- Mais...Je t'aime tellement...pitié...
- Je t'aime aussi Liam. Adieu.
- Que...non !! »

Trop tard. Le corps si léger de Ciaran bascula lentement dans le vide et se précipita au bas de la falaise, s'écrasant sur les rochers. L'océan l'accueillit dans ses eaux glacées, l'emporta au loin avant de le ramener sur la plage avec une vague furieuse. C'est ainsi que mourut Ciaran Walker, épouse de Liam Walker. Se jetant d'une falaise pour mettre un terme à son existence.

Debout, à l'endroit où sa femme s'était tenue quelques minutes plus tôt, Liam regardait ce sinistre spectacle, l'œil vide. Il semblait pétrifié, changé en statue. Le vent soufflait ce jour-là et les pans de son manteau voletaient autour de lui. Une pluie fine humidifiait ses cheveux. Le temps s'était figé le temps que le corps touche les rochers. Au moment de l'impact, Liam était tombé à genoux et un cri de rage, de douleur lui déchira la gorge. Les larmes refusaient de couler, son estomac était noué tout comme sa gorge. La douleur l'envahit aussi puissante que les vagues qui brisaient plus bas le corps de la femme de sa vie.

Combien de temps était-il resté là ? Liam l'ignorait. Il entendit la voix d'un agent de police qui lui demandait ce qui s'était passé. Celle d'un ami qui lui hurlait de lui foutre la paix :

« Putain, mais sa femme vient de se suicider ! Laissez le tranquille merde !
- Calmez-vous !
- Dégagez. Je l'amènerai au commissariat plus tard.
- Il me faut sa déposition.
- Ouais je sais mais là vous allez gentiment vous casser. »

Le flic maugréa mais il s'éloigna. Cela le faisait frissonner, imaginer le corps de Ciaran Walker déformé par la puissance de l'océan déchainé. C'était une si belle femme, rieuse et attentionnée. Le couple Walker était célèbre à travers toute l'Irlande. Le jeune écrivain faisait fureur, ses livres s'arrachaient dans toutes les librairies du monde. Mais le policier doutait à présent, que Liam en publie un autre. Il venait de perdre sa muse en même temps que son épouse. Cela lui fit mal au cœur.

Ce qui se passa ensuite restait très flou dans l'esprit de Liam. Il avait raconté au commissaire le suicide de sa femme, puis aux médiats, puis à ses proches. Ensuite, il s'était plongé dans un profond mutisme. On ne le reconnaissait plus. L'effet de l'alcool et de la fatigue qu'il accumulait le rendait méconnaissable. Il ne dormait plus. Dès que ses yeux se fermaient, il revoyait Ciaran se jeter dans le vide, sourde à ses prières. Son désespoir était total. Il n'avait plus de larmes. Plus de vie non plus.

L'enterrement se déroula lui aussi dans une sorte de brouillard surnaturel. Lorsque les fossoyeurs voulurent recouvrir le cercueil de terre, le veuf avait voulu les en empêcher. Deux de ses amis avaient du l'empoigner et l'éloigner. Personne, en revanche, n'avait pu l'empêcher de rester près de la tombe pendant des heures, à pleurer en silence.

Liam était au bord du gouffre. Et il fit un grand pas en avant.

Sa chute fut impressionnante. Il parcourait les bars toute la nuit, rentrait totalement ivre quand il ne finissait pas à l'hôpital. Il frôla deux fois le coma éthylique, fuyait tout le monde et s'énervait pour un rien. Son chef d'œuvre, un très beau roman historique finit dans les flammes, perdu à jamais. Comme Ciaran. Lui, si calme d'habitude, se battait avec le premier alcoolique venu, un camarade de comptoir ou même le patron d'une discothèque. Après l'alcool vint la drogue. Elle lui permettait de revoir sa femme, de lui parler, d'entendre son rire. Assis contre un mur, dans son salon dévasté, il tendait le bras comme un misérable pour essayer de caresser la robe légère du fantôme. Il serait mort si un beau jour sa famille n'avait pas décider de le placer dans un hôpital psychiatrique. Ses crises étaient violentes, conjuguées avec le manque d'alcool et de drogues, Liam faisait peur à tous. Ce n'était plus lui. Mais une loque humaine.

Il resta ainsi deux ans dans cet hôpital. Lorsqu'il en sortit, sous traitement, ses proches lui réservèrent un accueil chaleureux. Personne ne parlait de la défunte. Tous voulaient qu'il remonte la pente. Et pour cela, il lui fallait reprendre la plume. La première chose que Liam a écrit fut le récit de son deuil. Le roman n'avait pas de titre. C'est parce que « La mort n'a pas de nom » expliquait l'écrivain. Le livre eut un succès fou. Tout le monde pensait que le pire était passer.

Liam se rendit à Londres, à la recherche de l'inspiration disait-il. En fait, c'était pour échapper à l'attention permanente que tout le monde lui réservait. Il étouffait dans cette atmosphère de sur protection. Malgré le fait que ses crises restaient fréquentes, les médecins décrétèrent que c'était une bonne idée, qu'une nouvelle ville l'aiderait à se changer les idées. Dans son esprit tournait encore et encore la même phrase : "Je n'ai pas su la retenir. Je suis un incapable. Un incapable."

Son état d'esprit ne se reflétait pas sur son visage. Même son regard ne laissait pas transparaitre sa douleur cachée. Seul le père Walker savait ce qui se passait dans la tête de son fils. Il le répétait souvent, bien que personne ne prenne jamais la peine de l'écouter :

"Liam est instable psychologiquement. Instable et dangereux."

Il avait tellement raison. Mais comme on croit uniquement ce que l'on voit et que Liam paraissait bien, sain d'esprit, tout le monde traitait le vieil homme de fou.

Liam s'installa dans un petit appartement londonnien et donna naissance à un recueil de nouvelles policières, un nouveau succès pour lui. Il était comme avant l'accident. Les lecteurs lui envoyaient des lettres d'encouragements. Les médias l'adoraient pour sa simplicité. Sa famille lui rendait visite. Il organisait des soirées avec ses amis. Tout allait pour le mieux.

Mais quand la nuit tombe et que minuit approche, Liam n'est plus le même. Si il est seul, il replonge. Pas dans la drogue ni dans l'alcool. Mais dans le désespoir. Il devient complètement fou. Il hait sa femme. Il la hait de toute son âme. Il frappe quelqu'un au hasard au point de le tuer. Il jette un enfant sous les roues d'un camion. Bouscule un sans-abri sur les rails sur métro. Sans jamais se faire attraper. Pourquoi ? La chance. Et puis ces petits meurtres ressemblent tellement à des accidents que personne n'y faisait attention. Il saccage son appartement, jette dans les flammes des brouillons précieux. Plus rien n'a d'importance pour lui.

Il ère dans les rues sombres de la ville comme une âme en peine. A vrai dire, c'est ce qu'il est. Mains dans les poches, le regard sombre et fou, il ne faut pas le croiser. Il fait partie de ce monde de l'ombre. Parfois des dealers l'engagent et l'envoient tuer un drogué qui a oublié de payer. Liam a appris l'art du meurtre avec une rapidité impressionnante. Il fait parti des meilleurs dans ce domaine, offrant parfois ses services.

Il lui arrive de ne pas être dans cet état second si destructeur. Pendant ces nuits-là, il se rend dans un piano bar et joue gratuitement. Depuis son plus jeune âge Liam est un excellent pianiste. Dans son appartement, le seul objet considéré par lui comme sacré est son piano. Il le rattache au souvenir de Ciaran. Il joue ses morceaux préférés. Il pleure un peu. Et enfin, quand le jour se lève, il va se coucher dans un grand lit où les draps sont imprégnés de l'odeur de la morte.


Multinick d'Alma.
Revenir en haut Aller en bas
Jaina D'Arcy
Capitaine
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 30/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage
Appartenance: BSAA
Equipement:
Particularités / Notes du membre:

MessageSujet: Re: Liam Walker   Dim 26 Sep - 15:58

Tout est en règle, monsieur Walker. Bienvenue parmi nous. Je te rajoute dans ton groupe. Par contre, si tu pouvais me donner le nom de ton avatar, ce serait parfait.

[Et comme je te l'ai dit, j'ai trouvé ta bio bien écrite, j'aime beaucoup]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theoutcastchronicles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Liam Walker   Dim 26 Sep - 16:01

Je vous remercie de votre accueil Miss D'Arcy.

[J'en suis ravie ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liam Walker   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liam Walker
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partie de Liam Walker
» Allen Walker [Attente de validation][Terminé]
» Techniques d'Allen Walker
» Tommy Walker
» Liam L. Gibbs [ Terminé ! ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil : The Outcast Chronicles :: Administration [HORS RP] :: Bureau de recensement-
Sauter vers: