Resident Evil : The Outcast Chronicles

1998 : Destruction de Raccoon City. 2001 : Affaire Rockfort Island. 2003 : Chute d'Umbrella et avortement du projet T.A.L.O.S. 2009 : Echec du projet Uroboros et mort supposée d'Albert Wesker. 2010? L'histoire reste à écrire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Alexandre Kennard [CONSORTIUM]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Kennard
Membre
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 25/04/2010

MessageSujet: Alexandre Kennard [CONSORTIUM]   Lun 26 Avr - 23:20

Nom : Kennard
Prénom : Alexandre
Âge : 32 ans

Physique : Les origines aristocratiques du jeune homme sont assez évidentes. Il a un port altier, un visage doté de traits extraordinairement fins et d’un teint pâle. Sa mince bouche esquisse souvent une moue boudeuse, comme certaines représentations de Napoléon. Ses mains, aux longs et fins doigts, ne trahissent pas son activité principale, à savoir l’exécution sommaire de gens gênants. Ses cheveux, quand il ne joue pas un rôle pour approcher avec plus de facilités sa proie, sont toujours impeccablement coiffés. Il possède un regard d’un bleu si intense qu’il rend mal à l’aise, deux abîmes où se reflète l’intelligence diabolique du britannique. Son corps ne présente pas de spécificité particulière. Entendez par là qu’Alexandre n’est pas une vulgaire montagne de muscles, cliché de l’exécuteur traditionnel. Il porte, la majeure partie du temps, un costume croisé sombre, qu’il considère comme un uniforme. En mission, il gante ses mains d’un cuir délicat, plus par coquetterie que par souci de ne laisser aucune trace. Il n’a aucun signe physique particulier, pas assez idiot pour avoir succombé à la tentation de l’inoculation d’un virus d’une quelconque origine. Cependant, mais pour cela il faudrait que vous soyez assez fou pour désirer le voir de plus près, son torse et son dos sont couverts de cicatrices, vestiges des missions passées. Alexandre a le pouvoir de se fondre dans la nuit, d’une discrétion à toute épreuve. Les expressions de son visage, d’une maîtrise effrayante, ne sont qu’une façade dissimulant les froides pensées de ce mystérieux personnage.

Aspect moral : Alexandre Kennard est un homme d’une froideur maladive. Tout chez lui semble calculé par avance, de la météo qui semble toujours favorable à ses activités, à l’angle d’incidence de la chute de son chargeur sur le sol. Son regard froid n’exprime rien d’autre qu’une intelligence machiavélique : rien ne semble lui échapper, tout objet soumis à sa volonté semble prendre brusquement un pouvoir létal insoupçonné, de la barre de fer à la minuscule punaise sur le mur. Il est capable de masquer ses intentions, peut paraître le plus grand gentleman du monde, est d’une culture effarante, peut jouer n’importe quel rôle pour approcher ses cibles. Son seul regard suffit à mettre mal à l’aise, comme si vous étiez déshabillé brutalement. Il ne semble pas montrer de failles, mais comme tout homme, il en a, et c’est ce qui le dérange le plus. Ses moindres erreurs sont immédiatement corrigées, il est d’une intransigeance extrême, avec lui-même comme avec n’importe lequel de ses coéquipiers. Peu enclin à la socialisation, il agit pourtant avec la même qualité d’action, que ce soit en solo ou en équipe, ce qui fait de lui un redoutable chef. Laconique et franc, il semble loin de toute émotion, que ce soit lors d’un interrogatoire, lors de missions, ou lors de tortures. Alexandre Kennard est un bloc de glace.

Camp : Consortium [Agent de la sécurité indépendant]

Profession : Exécuteur, ancien avocat au tribunal international des droits de l’homme.

Histoire : [Extrait du journal d’Alexandre Kennard, Codename : Janus.]

« Il n’y a pas de fatalité dans l’horreur. Je ne vais pas vous parler d’une enfance terrible, livré à moi-même, vagabondant dans les bas-fonds de Londres, ni évoquer de sordides souvenirs, mon premier meurtre, ou ma cruauté envers les autres ou les animaux. Je ne suis pas de cette espèce.

Je me nomme Alexandre Kennard. A l’heure où je vous parle, j’ai trente-deux ans. Ma vie n’a été qu’une immense réussite, dans sa plus noire splendeur. Je suis l’un des derniers descendants de la lignée Kennard, aristocrates de Canterbury, réunissant comtes et ducs, et trouvant ses racines en Angleterre, en Allemagne, et en Normandie, du temps où il y avait encore un homme qui se trouvait à la tête de l’Empire Romain Germanique (d’après ma généalogie, il s’agirait de Frédéric II, petit-fils de Barberousse, qui aurait donné quelques prérogatives à mes aïeux, qui ont profité ensuite de l’imbécilité de son fils, Henri VII, pendant le diète de Worms… Avis aux amateurs.). J’ai grandi dans le château familial, en compagnie de mes deux sœurs et de mon frère. Seule Elizabeth a survécu à la chute d’Umbrella, en 2003. William est tombé à Rockort Island. Katherine travaillait pour le projet Uroboros, en Afrique du Sud. Je n’ai plus eu de nouvelles depuis que cet idiot de Redfield a balancé Wesker dans la lave. L’imbécile. Sait-il seulement qu’il servait les intérêts du Consortium ?

Tricell, la B.S.A.A… Tout cela était déjà dépassé. Uroboros ? Un fantasme de ce vieux sénile de Spencer. Vous savez, nous sommes les plus gros magiciens du monde. On vous agite une nappe d’horreur dans la face, vous foncez tête baissée, alors qu’on vous attend déjà au tournant. Mais toutes les explications, toutes les réponses, viendront à qui sait attendre.

J’ai fait toute ma scolarité dans deux des plus prestigieux établissements anglais : Le primaire et le secondaire à Eaton, le supérieur à Oxford. Après les A-Levels, j’ai obtenu une licence, puis un master, et enfin un doctorat de droit international. Umbrella était tombée depuis déjà trois ans, avec l’échec retentissant du projet T.A.L.O.S. Elle renaissait déjà de ses cendres, tirant profit de cette situation épineuse, en restructurant sa hiérarchie. Il faut être bien stupide pour penser qu’une explosion, si grosse soit-elle, puisse venir à bout d’Umbrella.

Ma famille est liée à celle des Spencer, par un jeu d’alliances et de connexions. Mon père travaillait déjà pour Umbrella bien avant ma naissance et bien avant qu’il ne rencontre ma mère. Il dirigeait la section biotechnologie de Moscou, alors que le Mur de Berlin n’était pas tombé. Après la chute d’Umbrella, il a été immédiatement délocalisé en Asie, catapulté à la tête d’une branche de recherches parallèles. Il avait son frère quelque part en Antarctique, et sa sœur s’occupait de la couverture médiatique d’Umbrella en Amérique du Nord, section canada. Alors, vous imaginez bien qu’un jeune homme aussi brillant que pouvait l’être un gradé d’Oxford qui s’occupait du morne droit international et qui portait le nom Kennard, ne pouvait rester éternellement à s’ennuyer auprès des députés européens.

A 27 ans, il était temps pour moi de faire honneur à mon sang. Un poste des plus intéressants m’avait été proposé. Je devais m’occuper de la défense d’une nouvelle organisation : Tricell. Sauf que ce n’était qu’une vulgaire couverture, pour me permettre de faire ce que je faisais le mieux, et ce que mon propre père m’avait appris, quand les garçons de mon âge connaissaient les premiers émois de la sexualité : tuer des gens. Je suis froid, calculateur, manipulateur, charmeur… Et surtout, je suis talentueux. En tout cas, assez pour qu’ils s’intéressent à moi. Ils ? Les dirigeants de Tricell ? Grossière erreur. Tous les vieux croûtons et leurs jeunes laquais, qui faisaient partie des dignitaires d’Umbrella, réunis en un mouvement nommé : le Consortium. Un nom mystérieux qui désigne ceux qui dirigent réellement le monde et qui font de sordides calculs sur votre existence. Et la mienne, pour la même occasion. Et alors, on doit tous mourir un jour non ?

Je suis rapidement monté en grade. Au début, je n’étais qu’un pauvre lieutenant, membre de l’ancienne USS. Je devais servilement obéir. Mais tout le monde débute quelque part. J’ai toujours eu de la chance. Je ne dois rien aux relations que mon père entretient avec le Consortium. Toutes les décorations, tout ce qui trône fièrement sur mon bureau, je les ai arrachées à la sueur de mon front et au sang de mon ennemi. Croyez-moi. Tuer est devenu un jeu. Je n’ai aucun scrupule à le soutenir. Ne pouvez-vous pas imaginer la jubilation que l’on peut ressentir quand votre proie se jette dans un piège que vous avez soigneusement tendu ? N’avez-vous jamais croisé le regard d’un otage, qui, pendant l’espace d’un fugace instant (et ça marche à tous les coups, c’est très drôle), croit que vous allez être indulgent, parce que vous lui offrez un verre d’eau ? Mais voyons, n’avez-vous jamais lu Nietzsche ? La compassion est une tare de l’humanité. Une faiblesse. Avoir de la compassion, c’est renier sa fierté humaine. Hors de question.

J’aime mon boulot. Il est extrêmement lucratif, je suis témoin des grands évènements de ce monde, me donnant l’impression que je les influence. Je suis bien au-dessus des lois. Le Consortium, volontairement ou non, m’a doté d’un pouvoir presque illimité, dont je jouis chaque jour. Le pouvoir, le désir… Toujours plus de pouvoir… Je ne vois pas pourquoi je changerai, ou je me révolterai.
Aujourd’hui, je suis en lutte directe contre vous, agents de la B.S.A.A. Vous devez le savoir, maintenant. Mais votre hiérarchie est corrompue. C’est sympa, d’avoir des héros comme chef. Redfield. Valentine. Almovar. Ils sont tous tellement animés par de bonnes intentions. A croire qu’ils n’ont jamais entendu parler de la vénalité de l’homme…

Kennard. Alexandre. Retenez-bien ce nom. C’est la dernière chose que vous entendrez avant de mourir… »

[Fin de la Transmission]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaina D'Arcy
Capitaine
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 30/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage
Appartenance: BSAA
Equipement:
Particularités / Notes du membre:

MessageSujet: Re: Alexandre Kennard [CONSORTIUM]   Jeu 29 Avr - 23:13

[Multinick de Jaina]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theoutcastchronicles.forumactif.com
 
Alexandre Kennard [CONSORTIUM]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier Corruption: Alexandre/Latortue
» Bienvenue à Pierre-Alexandre ...
» ITW Alexandre Astier : un film Goldorak ?
» Alexandre Giroux
» Signature de contrat - Alexandre Giroux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil : The Outcast Chronicles :: Administration [HORS RP] :: Bureau de recensement-
Sauter vers: